La Chine crée une conception de train magnétique pouvant circuler à 600 km/h

CRRC Corporation, la société responsable de la construction ferroviaire en Chine, a créé une nouvelle conception d’un train à lévitation magnétique (MagLeV) qui, en théorie, peut circuler à des vitesses allant jusqu’à 600 kilomètres par heure (km/h), ce qui réduit considérablement le temps de trajet entre de grandes distances. Ce serait génial compte tenu des 9 597 000 km d’extension territoriale de la nation asiatique. Il convient de rappeler que ce n’est pas la première fois que cette vitesse est suggérée, des nouvelles similaires apparaissant ici même sur Olhar Digital en 2019 et janvier 2021.

A découvrir également : Spider-Man sortira dans le jeu d'ici la fin de l'année

Le concept, s’il est appliqué, devrait correspondre aux vitesses observées sur le train L0, un modèle japonais qui doit commencer à fonctionner à partir de 2027, lors de l’inauguration de la ligne reliant Tokyo à Nagoya. Dans le cas de la Chine, le train magnétique pourrait desservir la ligne Beijing-Shanghai, probablement la plus essentielle du pays.

A lire aussi

Sujet a lire : Samsung dévoile de nouveaux détails sur le premier capteur de 200 MP

La Chine a donné de plus en plus d’espace à la technologie des trains magnétiques MagLeV, élargissant les lignes pour contempler de plus en plus de trains à grande vitesse. Image : Wikimedia Commons/Lecture

Le trajet en train régulier le long de cette ligne dure environ cinq heures et demie. S’il est effectué par les trains MagLev, ce temps est réduit à deux heures et demie et demie, presque le même temps qu’une compagnie aérienne (réduction, bien sûr, le temps d’attente de l’avion, le contrôle des douanes, etc.).

La

technologie MagLeV est la « fille des yeux » chinoise depuis des années : elle n’a pas de rails ni de disjoncteurs électriques, fonctionnant exclusivement par suspension électromagnétique. La seule électricité observée dans ce système est celle utilisée pour alimenter les bobines de voie et leur interaction avec le « ventre » des trains. Bref, ce champ électromagnétique est suffisamment puissant pour faire léviter le train.

Les avantages sont nombreux : pour commencer, il y a des économies à long terme, car il n’y a pas de rails ou de roues en contact direct, il n’y a donc pas d’usure et, par conséquent, moins de remplacements de pièces. De plus, le bruit du trajet est réduit car, encore une fois, le bruit de frottement entre les roues métalliques et les pistes n’existe pas. Enfin, le plus évident est la vitesse de déplacement plus élevée, ce qui se traduit par une réduction du temps de trajet.

Le problème : l’installation d’une structure magnétique de ce type a un coût extrêmement prohibitif. Il n’y a pas de nombre exact, car de nombreux facteurs influencent le coût final, mais une étude menée aux États-Unis indique qu’en moyenne, la technologie MagLeV peut coûter jusqu’à 1,5 fois plus cher que le système de voie traditionnel. Cependant, cette même étude a été accusée d’avoir un biais délibérément négatif à l’égard de la technologie, il convient donc d’être prudent avec cette source.

Les chiffres ont cependant frappé : aujourd’hui, la Chine compte sur l’utilisation du train magnétique qui relie l’aéroport de Shanghai au centre-ville pour être construit, soit 39,3 millions de dollars (205,35 millions de R$) par kilomètre. Comparativement, une ligne ferroviaire entière de cette taille coûterait entre 17 millions de dollars (88,83 millions de roupies) et 21 millions de dollars (109,73 millions de R$) par kilomètre.

Cela, sans tenir compte, par exemple, des coûts d’acquisition de terres, de formation du personnel, de fonctionnement quotidien, etc.

Les partisans plaident toutefois en faveur d’une perception de base : en théorie, un train qui circule deux fois plus de vitesse fait deux fois plus de trajets et, par conséquent, transporte deux fois plus de passagers. Les coûts, bien que élevés, ne soulèveraient donc pas tant que la population adoptera le nouveau modèle.

En Corée du Sud, par exemple, le gouvernement a admis que le système magnétique utilisé à Séoul est « nettement moins cher qu’un chemin de fer traditionnel ».

Apparemment, la Chine, qui prévoit le fonctionnement du nouveau train magnétique pour les cinq à 10 prochaines années, ne s’en soucie pas beaucoup : le pays a adopté la technologie MagLeV et l’étend déjà – à l’heure actuelle, deux lignes sont en construction avancée (Shanghai-Hancheu et Canton-Shenzhen) et ils sont de bons candidats pour recevoir le nouveau train.